Fleurs, LIFESTYLE

Petite chronique de la semaine de Noël d’une fleuriste…

Ça y est, ça approche, tic-tac, tic-tac… l’année fut bien remplie, l’hiver s’est installé et on y est, c’est le gros rush de Noël. Cette période attendue, parfois redoutée mais drôle et enchantée! Quand j’ai commencé ma formation de fleuriste il y a plus de 10 ans , je crois qu’il n’a pas fallu un demi-cours pour que le prof nous parle de noël…. Noël? ah bon moi qui croyais que la saint Valentin était la plus grosse fête des fleuristes… Je me trompais largement! Il y a bien sûr la fête des mères aussi, mais Noël est sans conteste la plus intensive… parce qu’elle se prolonge avec le nouvel an! Alors on prend des vitamines et c’est parti…. je vous dévoile les coulisses.

A Noël, c’est l’abondance à tous les niveaux… Il y en a partout, dans les moindres recoins et il n’y a pas que les fleurs, la masse de fleurs arrivera en dernière minute. Il y a d’abord des bougies, des boules, des guirlandes, des pommes de pin et des matériaux naturels à profusion… Les stocks sont remplis, on n’aura pas le temps pour les oublis. La réserve de pots et de verreries pourrait céder, tout est empilé. Il y a les cartons d’Oasis, il en faut beaucoup de l’Oasis en cette période chargée… allez allez, on fait de la place pour les cartons. Vous imaginez un peu l’espace bondé, sans compter que ces dernières semaines l’équipe sera au complet, il faudra bien ça , oui oui tout le monde est là. L’atelier commence à ressembler à un Tetris en 3 D. Alors chez nous, « l’ambiance Noël » elle commence là: il faut se frayer un chemin et marquer son territoire. A ce petit jeu et pauvres de mes collègues, je dois être la PIRE! J’ai besoin d’espace, tout le temps, de beaucoup d’espace et, en même temps, je suis bordélique. Vive le cocktail Molotov, car je passe mon temps à rétrécir mon espace de travail en entassant des éléments (un comble pour quelqu’un qui a besoin de place… oh c’est joli ça, je crois que je vais en mettre, oh et puis ces boules de Noël sont à tomber, je prends….AAHHH trop bien , j’adore ça aussi pour le mélange de couleurs c’est réussi!). On est pas dans un quartier chinois, non, c’est juste le cadre enchanté du petit fleuriste du coin…bazar-de-noel

Décor planté, à nous la semaine acharnée! On mousse les bases, on nettoie les vases, on prépare les structures, on range les plantes qui arrivent début de semaine dans ce joyeux désordre, on leur fait de la place (encore et encore). On cogite, les patrons stressent, c’est bien normal… Il va falloir acheter la marchandise, beaucoup de fleurs et comme le dit si bien la chanson «  les fleurs ça est périssaaaaable »..: quand irons-nous chercher les fleurs et en quelle quantité? C’est sûr, il ne faut pas se planter: trop peu, c’est pas bien, nous devons répondre à la demande et trop serait pire encore, veillons à la qualité,… On est en retard ou en avance? Ces tergiversations font partie de l’essence même de cette semaine de Noël.

Et quand les fleurs arrivent enfin, il faut les nettoyer, les mettre à l’eau et fleurir. Fleurir toutes les préparations. Alors on crée, on crée, on crée, on s’amuse, on s’envole, on crée, on a de beaux budgets, on crée, on râle sur un bac mal rangé (put… les gars ont a besoin d’espace), on crée… Elle est là, la magie, quand les fleurs arrivent, que la fatigue s’installe, mais qu’on se dépasse en réalisant les plus beaux montages de l’année et puis qu’on rit.On rit beaucoup…img_4790

Vient le jour de la vente, il y a du monde, on est surpris, « ah oui , c’est ce montage qui est parti en premier? »  » tu crois qu’il y en aura assez? Tu crois qu’il y en aura trop? » A l’heure du réveillon, nous voilà tous cernés, vidés d’avoir donné le meilleur de nous en essayant d’un garder un peu pour notre famille. Et puis?

Et puis c’est reparti, Noël plié, à nous la nouvelle année. On repart à zéro: les plantes, les bases, se faire de l’espace, les fleurs et nous voilà au nouvel an, plus crevés encore (il devient dur de faire la fête jusqu’au bout de la nuit…) Ensuite et pour finir, il y a ceux qui vont souhaiter la bonne année à leurs familles, le premier. Moi, j’ai de la chance, je suis toujours en congé le premier, mais mes patrons et ma collègue seront là, bon pied bon œil. La semaine n’est pas encore terminée, il y a aussi l’inventaire, bien souvent le 2, il faut compter ce qu’il reste. Et ce qu’il reste, c’est un désert, le calme après la tempête, l’impression que le temps n’avance plus, qu’il n’y a plus rien, c’est bien c’est ce qu’on voulait. Mais franchement, ça fait un drôle d’effet. La profusion fait face au vide. Il y a cet l’espace qu’on attendait impatiemment mais, bizarrement, on se sent un peu nu. Il nous vient alors une pensée farfelue: vivement l’année prochaine….10570311_430719290454638_3614561819795142313_n

Et pour finir, je souhaite du courage à tous les fleuristes d’ici et d’ailleurs mais aussi et surtout à l’équipe et je les remercie d’avance (puisque je sais que je serai infernale) de me supporter ces deux semaines.

Et pour bien préparez Noël, n’oubliez pas de faire un tour sur le blog. Voici les deux DIY bien d’actualité: mon safari cuivré de Noël et des emballages cadeaux bucoliques.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply